29 septembre 2020
Les principales attributions d’un disjoncteur électrique

Comment protéger ses matériels électriques dans la maison ?

Le courant fait fonctionner les appareils électriques au sein d’une habitation, aussi bien qu’il est le principal responsable de leur destruction. En effet, il faut que l’alimentation des matériels soit convenable, et surtout non variable pour assurer un bon fonctionnement de tous les éléments branchés. Les risques d’incendie sont importants avec des installations non sécurisées. Les dégâts matériels qui s’en suivent génèrent également des pertes financières considérables. C’est pourquoi des équipements de protection sont fortement conseillés par les electricien Paris au sein des habitations individuelles. Ces derniers déploient le plus souvent des disjoncteurs selon les sections traitées.

Les principales attributions d’un disjoncteur électrique

Un disjoncteur réagit immédiatement lorsque les évènements suivants se produisent au sein de l’installation électrique :

  • Contact accidentel entre deux conducteurs électriques : si le fil phase et neutre entrent en contact, l’on aboutit directement à un court-circuit au sein d’une installation électrique. Le disjoncteur coupe immédiatement lorsque cet évènement se produit au sein du réseau
  • La surchauffe des fils électriques : les propriétaires ne se rendent pas toujours compte du nombre d’appareils branchés sur un même réseau d’alimentation. Pourtant, cet excès d’utilisation surchauffe les fils conducteurs, ces derniers viendront céder et s’entremêler pour produire un court-circuit. Les disjoncteurs détectent également ces anomalies. Lorsque des appareils trop puissants se branchent à un seul réseau, ces équipements coupent le courant d’arrivée.

Ce qui dit la norme sur les disjoncteurs

La norme NF C 15-100 insiste sur la présence d’au moins un équipement de sécurité pour protéger les circuits des surintensités.  Les anciennes installations se dotent généralement de fusibles. Ces derniers s’avèrent désormais obsolètes et présentant des failles considérables. C’est pourquoi les disjoncteurs constituent les préconisations de la norme NF C 15-100 dans sa réactualisation. Cette dernière précise même vient même apporter des précisions techniques pour le déploiement correct de ces matériels de protection.

Une installation électrique sécurisée, des branchements bien réalisés

Avant d’installer les disjoncteurs au niveau du réseau électrique, il faut que tous les branchements soient correctement réalisés. L’on sous-entendra surtout la répartition des différentes sections au niveau de l’installation globale de l’habitation. En effet, les règlementations techniques imposent que le raccordement doit être individualisé selon les appareils et les équipements. L’on distinguera 5 grandes sections à avoir au sein d’une maison afin d’éviter les surcharges de courant au niveau des fils. Du tableau électrique se branchera les circuits indépendants de l’éclairage, des prises, des circuits spécialisés, de la plaque de cuisson et des convecteurs électriques.

Le câblage sera différent d’un circuit à l’autre selon que :

  • Circuit d’éclairage : utilisation de fil conducteur de 1,5 mm² minimum
  • Circuit des prises : un câblage d’au moins 1,5 mm² à 2,5 mm² de diamètre
  • Circuits spécialisées et convecteurs électriques : des fils électriques d’au moins 1,5 mm² de diamètre
  • Circuits plaque de cuisson : des fils spécifiques blindés de 6 mm²

Les disjoncteurs destinés à chaque section du circuit électrique

L’on pourra par la suite déployer des disjoncteurs spécifiques au niveau de chaque circuit électrique sachant que le câblage est déjà respecté.L’intensité du matériel de protection se situera autour de 16 et 20 A maximum. À noter que les plaques de cuisson restent des exceptions nécessitant des disjoncteurs d’au moins 32 A.

La norme ne se résume pas seulement aux valeurs recommandées des disjoncteurs pour sécuriser les appareils électriques. Elle divulgue également des répartitions précises selon le nombre d’éléments branchés au circuit individuel. Sur la base de l’utilisation d’un disjoncteur pour chaque section, voici le nombre de raccordement autorisé par la norme pour chaque portion du circuit.

  • Lumières : Le circuit ne doit pas posséder plus de 8 points lumineux pour une protection optimale
  • Prises de courant : la section n’accueillera pas plus de 5 prises avec un disjoncteur de 16A, contre 8 prises autorisées pour 8 prises de courant.
  • Des disjoncteurs individualisés de 16A et 20A sécuriseront respectivement l’ensemble des volets roulant et le chauffe-eau. Il en sera de même pour les convecteurs électriques, un disjoncteur de 20A à déployer par tranche de 4500W de puissance consommée.
  • Les circuits spécialisés ne sont pas à protéger par un disjoncteur principal. Il faut que chaque appareil soit précédé au branchement par un disjoncteur dédié de 20A, à savoir les gros électroménagers et les appareils de cuissons.

Utilisation quotidienne du disjoncteur

L’installation d’un disjoncteur doit toujours être réalisée par un artisan électricien qualifié. Toutefois, au quotidien, les particuliers peuvent avoir à intervenir au niveau de ces dispositifs de sécurité. Il sera aisé de détecter les circuits présentant des défaillances avec disjoncteurs individualisés pour chaque section et appareils spécifiques. Lorsque le disjoncteur coupe, il faut en amont déterminer la portion cible dans le réseau, et veiller à ce que la cause source soit solutionnée. Parfois, l’intervention d’un électricien est requise lors de ces interventions. Sinon, il suffira de réarmer le disjoncteur pour rétablir le courant au sein du circuit concerné après élimination du défaut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *