30 novembre 2022

3 conseils pour bien lire les étiquettes de vos produits

Selon les recommandations du médecin, pour rester en bonne santé, il convient de boire 2 litres d’eau par jour. De plus, les types d’eau sont nombreux, ce qui vous laisse largement le choix. Toutefois, comme ils ont chacun leur propre composition minérale, il convient de bien lire les étiquettes avant de faire un choix. Suivez nos conseils dans cet article.

Les informations devant figurer sur l’étiquette eau minérale

 

Une étiquette bouteille d’eau doit comporter certaines informations, à savoir :

  • la nature et la provenance de l’eau ;
  • la teneur en minéraux ;
  • les recommandations de consommation (surtout pour les nourrissons et les femmes enceintes).

 

La nature et la provenance de l’eau

On distingue principalement l’eau gazeuse ou pétillante, l’eau de source et l’eau minérale naturelle. En général, elles sont recueillies directement à la source. Leur provenance doit être clairement mentionnée sur la bouteille (la région). Parfois, une eau peut aussi être rendue potable grâce à certains traitements. Vous pouvez voir les conseils sur la lecture d’une étiquette eau minérale en suivant ce lien.

 

La teneur en minéraux

La teneur en sels minéraux et oligo-éléments doit aussi être marquée sur l’étiquette bouteille d’eau, car chaque source est différente. Par contre, elle ne doit pas forcément figurer sur l’étiquette d’une eau de source.

 

Les recommandations de consommation

Les eaux en bouteille ne conviennent pas toujours aux femmes enceintes et aux bébés. Ainsi, la mention suivante doit apparaître sur l’étiquette « convient à la préparation des aliments des nourrissons ». Des textes réglementaires régissent les informations sur les étiquettes. Par exemple, si une eau a subi un traitement spécifique non chimique tel que la filtration, cela doit être mentionné sur la bouteille.

 

Les normes de qualité d’une bouteille d’eau

 

Une étiquette eau minérale doit comporter toutes les informations permettant aux consommateurs de bien choisir la bouteille qui leur correspond. Ainsi, à part les informations de base, d’autres standards de qualité doivent aussi y être inscrits tels que :

  • la spécification sur la teneur en minéraux (forte ou faible minéralisation) ;
  • le pourcentage de produits chimiques organiques ou de pesticides ;
  • le respect des exigences sur les composants : phénols, chlorure, fer, zinc et manganèse.

Les normes de qualité sont essentielles, car si une personne boit une eau comportant un minéral qui ne lui convient pas, cela risque d’avoir des répercussions sur sa santé.

 

Nos conseils sur la lecture d’une étiquette

 

Pour ne pas vous tromper sur le choix d’une bouteille d’eau, vous devez :

 

Tenir compte du taux de résidus secs ou extraits secs à 180 °

Il s’agit de la teneur globale en minéraux de résidus secs après les avoir chauffés à 180 °C. Elle est exprimée en mg / L. Si le taux est élevé, cela signifie que l’eau est fortement minéralisée. Pour une eau destinée à être consommée au quotidien, veillez à ce que ce taux soit inférieur à 500 mg / L. Seules les personnes qui ont des carences, les sportifs et les femmes enceintes ou qui allaitent doivent consommer une eau avec un taux de résidus secs supérieur à 500 mg / L.

 

Prendre en compte le taux de nitrates

Selon la réglementation européenne, le taux de nitrates ne doit pas excéder 50 mg / L. En effet, ces minéraux favorisent le développement des nitrosamines qui sont des agents pouvant endommager les gènes et provoquer des cancers.

 

Considérer le pH de l’eau

Le PH de l’eau indique si elle est basique (alcaline) ou acide. Il est conseillé de choisir une eau alcaline (avec un pH compris entre 6,5 et 8). Ce choix se révèle plus judicieux, car il permet de lutter contre l’acidité chronique résultant du mode de vie alimentaire actuel (trop de produits transformés, beaucoup de viande et de boissons gazeuses…).

 

Que choisir entre eau plate et eau gazeuse ?

 

La principale différence entre l’eau plate et l’eau gazeuse réside dans le taux de dioxyde de carbone. Si l’eau est gazeuse, elle en contient plus de 250 mg / L. En revanche, si elle est fortement gazeuse, la teneur en dioxyde de carbone peut être supérieure à 1 000 mg / L. Il convient de préciser que le taux de gaz rajouté peut être plus ou moins important selon la nature de l’eau. Dans le cas où l’étiquette indique « eau minérale naturelle », aucun gaz n’a été adjoint, car du gaz naturel cohabitait déjà avec l’eau dans la source souterraine. C’est le meilleur choix en matière d’eaux pétillantes, car le gaz additionné peut augmenter les risques de retours d’acidité et de ballonnements. Entre l’eau plate et l’eau gazeuse, tout est question de goût personnel. Cependant, comme cette dernière est plus riche en sodium, elle est déconseillée aux personnes souffrant d’une hypertension artérielle.

 

Bien choisir l’eau à consommer

 

Les marques et les types d’eau abondent sur le marché. Pour faire le bon choix, vous devez connaître vos besoins et savoir décrypter les étiquettes alimentaires.

 

Pour une consommation quotidienne

Il est recommandé de boire de l’eau plate faiblement minéralisée au quotidien (taux de résidus secs inférieur à 500 mg / L). Cette eau convient à tout le monde, même aux femmes enceintes et aux nourrissons. Elle est idéale pour évacuer les toxines de l’organisme, stimuler l’activité des reins et lutter contre l’acidité.

 

Pour une cure

Dans certaines situations, il est préférable de boire une eau moyennement ou fortement minéralisée (carences, allaitement, grossesse, maladies spécifiques…). Elle convient aussi aux sportifs, car elle leur fournit un certain apport en minéraux (sodium, calcium, magnésium…). Ces derniers sont indispensables en cas d’efforts physiques intenses. Dans le cadre d’une cure, une eau modérément ou hautement minéralisée doit être consommée une fois par jour ou plusieurs fois par semaine.

 

Comment comprendre une étiquette alimentaire ?

 

Pour votre santé, vous devez prêter attention à toutes les étiquettes alimentaires, notamment si vous consommez beaucoup de produits industriels. En effet, certains ingrédients peuvent avoir des effets néfastes sur la santé. Au moment de choisir un produit, il convient de tenir compte de sa composition et non uniquement de son emballage ou de sa marque :

 

La liste des ingrédients

En général, moins un produit comporte d’ingrédients, plus il est qualitatif. Cela signifie qu’il contient moins d’additifs chimiques. D’ailleurs, sachez que le premier ingrédient sur la liste est toujours présent en plus grande quantité.

 

La teneur en sel

La teneur en sel des produits doit toujours être prise en compte. Idéalement, une personne ne devrait pas consommer plus de 5 g de sel par jour.

 

La teneur en sucres

Parfois, l’étiquette d’un produit indique la mention « sans sucres ajoutés ». Or, il peut toujours contenir du sucre naturel.

 

Le type de matières grasses

Toutes les matières grasses ne sont pas mauvaises. D’ailleurs, le corps en a besoin pour bien fonctionner. Seulement, il est préférable de ne consommer que du bon gras. Par exemple, les matières grasses saturées comme l’huile de coco et l’huile de palme peuvent augmenter les risques de maladies cardiovasculaires. Elles sont donc proscrites.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *