28 septembre 2022
Retraité : grasse matinée ou réveil matinaux ?

Retraité : grasse matinée ou réveil matinaux ?

C’est un fait avéré qu’avec l’âge, de nombreux mécanismes biologiques sont altérés. Hormis le vieillissement physiologique qui survient, les habitudes de sommeil également changent. Divers facteurs peuvent expliquer ce phénomène, avec pour première conséquence, la diminution du temps de repos nocturne. Si généralement dans le camp des jeunes actifs, la grasse matinée est un moyen pour faire le plein d’énergie, il en est peut-être autrement pour les retraités. Alors, entre réveils matinaux et grasse matinée, que préconisent les experts pour les séniors ?

Quelle est la dynamique du sommeil chez les personnes moins actives ?

En temps normal, divers facteurs peuvent influencer la qualité de sommeil chez les personnes du troisième âge. Pour se prononcer, les experts évaluent généralement les conditions du couchage, c’est-à-dire le sommier, la literie et aussi l’environnement. Bien qu’ils soient également déterminants chez les personnes âgées ou séniors, ces paramètres n’expliquent pas les troubles de sommeil auxquels sont sujets ces dernières. En effet, même si l’on a tendance à penser que la durée de répit diminue avec le vieillissement, celle-ci varie très peu en réalité. Ce qui change par contre, c’est la rythmicité et c’est cette dernière qui impacte la qualité de leur sommeil.

Notez que chez les retraités, le déroulement de la nuit évolue, car le sommeil se divise en plusieurs cycles d’environ 90 minutes. Cependant, celui-ci est somme toute, plus léger, avec de moins en moins de phases profondes. Bien que le temps moyen d’assoupissement reste de 20 minutes environ, la continuité du sommeil est quant à elle altérée, avec le nombre d’éveils qui augmente. Cela contribue à réduire la durée réelle de sommeil, même si le temps passé allongé ou au lit reste normal. Ainsi, pour compenser ce manque, ils ont besoin d’une ou de plusieurs siestes en milieu de journée.

Y a-t-il un bénéfice particulier pour les retraités à faire la grasse matinée ou à se réveiller tôt ?

La question n’est pas tant de savoir si la grasse matinée ou le réveil matinal est bénéfique ou non aux personnes moins actives. Ce qui importe chez ces dernières, c’est de respecter leur besoin en sommeil et leur horloge interne. Si celles-ci ne parviennent plus à s’endormir une fois réveillées le matin, il est préférable pour elles de se lever. En laissant de côté l’impact du bon confort de couchage sur la qualité du sommeil, notez que la nuit commence généralement tôt chez les séniors. Certes, ils connaissent plusieurs phases d’intra-sommeils (réveils nocturnes), mais en fin de cycle, les éveils sont souvent perçus avec une sensation d’éveil complet.

En ce qui concerne la grasse matinée, tout dépendra des habitudes de sommeil de la personne concernée. Selon l’avis des psychiatres, si cette dernière est généralement sujette à l’insomnie, la grasse matinée ne peut en aucun cas être bénéfique. C’est également le cas pour les sujets moins actifs au niveau physique et qui sont dépressifs. Si en revanche le retraité est plutôt du soir ou a une prédisposition au sommeil matinal, il n’y a aucun mal à prolonger la nuit. Notez toutefois qu’en général, les personnes âgées sont plus réveils matinaux, que grasse matinée, malgré la baisse d’activité. C’est simplement parce que ces derniers dorment moins bien que les plus jeunes.

Comment optimiser la qualité de sommeil des retraités ?

Pour améliorer la qualité de sommeil d’un retraité, il faudra agir à plusieurs niveaux. Comme évoquées plus haut, les conditions du couchage devront être examinées. L’un des paramètres auxquels il sera important de veiller à ce niveau est l’ensemble lit. Pour ce faire, il faudra privilégier un équipement avec une grande largeur, comme un matelas 140×190. Si vous effectuez l’achat sur un site de vente de literie, précisez qu’il s’agit d’un matériel destiné à un sénior. Cela vous permettra de vous voir proposer des équipements avec une bonne densité des couches pour un maximum de confort.

Outre le couchage, notez que les difficultés à combler leur besoin en sommeil sont liées à la sédentarité, laquelle est due à la retraite. Ainsi, l’absence d’activité et d’occasions de sortir pour faire des rencontres peut entraîner un repli sur soi. Cette solitude peut être un facteur d’insomnie. Ce qui peut aider dans ces cas-là, c’est de reprendre des activités sportives et de pratiquer les régulièrement. Le plus adapté pour le vieil âge est la marche.

Il est primordial, pour rester en bonne santé physique et mentale, d’avoir une petite routine quotidienne. Se lever à des heures normales, faire du sport et profiter du grand air, suivre des horaires réguliers pour la prise de repas, etc. Il faut également penser à s’exposer le plus souvent possible à la lumière naturelle du jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.