22 octobre 2021
Velo électrique agen

Un vélo électrique en vaut-il la peine ? Pourquoi un vélo électrique est parfait pour les déplacements quotidiens

Les ventes de vélos électriques – ou plus connus sous le nom d’e-bikes ou vélo à assistance électrique (VAE) – ont explosé ces dernières années et ne montrent aucun signe d’essoufflement.

Depuis leur apparition sur le marché dans les années 2010, leur prix a baissé et ils ont gagné en popularité auprès de tous les types de cyclistes : cyclistes de club, navetteurs urbains, cyclistes de loisirs et parmi ceux qui souhaitent simplement un peu d’assistance pour aller d’un point à un autre.

Pour ceux qui se rendent au travail à vélo, ils constituent un achat précieux. L’assistance du moteur vous permet d’arriver à l’heure mais un peu moins en sueur que si vous arriviez sur un vélo non motorisé.

Alors que les villes du monde entier tentent de retirer les voitures des routes et d’inciter davantage de personnes à faire du vélo grâce à la location de vélos à assistance électrique en ville, les vélos électriques vont devenir encore plus présents dans notre vie quotidienne.

En 2018, le marché mondial des vélos électriques représentait 18 milliards d’euros. D’ici 2025, on prévoit que ce chiffre passera à 33 milliards d’euros. En 2019, Deloitte a publié ses prédictions annuelles sur les technologies, les médias et les communications, dont l’une indiquait que 130 millions de vélos électriques seraient vendus dans le monde entre 2020 et 2023. Le rapport indiquait que les vélos électriques « dépasseront facilement les autres véhicules électriques » d’ici la fin de 2020.

Les vélos électriques en valent-ils la peine ?

Les mérites des vélos électriques ont fait l’objet de nombreuses études. Toutes soulignent l’enthousiasme des gens pour l’utilisation des vélos électriques, car ils facilitent les trajets vers le travail, les magasins et l’école. Le manque d’effort perçu permet aux gens de voyager plus loin et ils sont également beaucoup plus enclins à le faire.

Lorsque Citi Bike, le système de vélos en libre-service de New York, a lancé sa flotte de vélos électriques, la durée moyenne des trajets a augmenté de 10 % par rapport aux vélos classiques. De plus, les participants ont déclaré qu’ils étaient deux fois plus susceptibles d’utiliser un vélo électrique pour un trajet nécessitant de traverser un pont ou de monter une côte.

Selon une étude menée par le syndicat TUC, le trajet moyen en vélo au Royaume-Uni dure 44 minutes, ce qui en dissuade sans doute plus d’un. Une bicyclette électrique (vélo VTT, trekking ou vélo de ville), cependant, permet de supprimer les obstacles aux déplacements quotidiens tels que la distance et les collines.

Les exigences saisonnières

Les vélos électriques peuvent également inciter les gens à se déplacer plus tard dans l’année. Même les plus courageux des cyclistes peuvent trouver difficile de se rendre au travail en vélo pendant les mois les plus froids. Il est certain que pour de nombreux débutants, une baisse des températures est une excuse suffisante pour remettre le vélo au garage et se diriger vers la voiture, le bus ou le train.

Dans la ville de New York, l’utilisation de Citi Bike diminue de 60 % d’octobre à février. Mais il est intéressant de noter que l’utilisation des vélos électriques s’est maintenue pendant cette période. Cela indique que le temps de trajet plus court et la facilité d’utilisation pourraient suffire à rendre les déplacements en hiver réalistes pour un plus grand nombre de cyclistes.

Une solution rentable

Une autre raison de l’intérêt de la bicyclette électrique pour les citadins est son prix abordable. La technologie des batteries lithium-ion s’améliore et devient de moins en moins chère, ce qui contribue à réduire le coût global des vélos électriques. Mais c’est après l’achat d’un vélo électrique que l’on commence vraiment à économiser.

Après l’investissement initial important du vélo lui-même, les coûts de fonctionnement sont faibles. La durée de vie de la batterie ne cesse de s’améliorer, et vous pouvez vous attendre à devoir la remplacer seulement après environ 16000 kilomètres. Si vous ajoutez à cela un entretien annuel, le vélo électrique reste un choix abordable par rapport au coût d’utilisation d’une voiture et de la conduite en ville, surtout si vous devez payer pour vous garer à votre destination.

Avantages pour la santé

Nous savons tous que faire de l’exercice est bon pour notre bien-être physique et mental et balancer une jambe sur un vélo électrique aide à garder notre corps et notre esprit heureux. Il est recommandé de faire au moins 2,5 heures d’exercice modéré par semaine et l’utilisation d’un vélo électrique pour vos déplacements quotidiens vous permettrait d’atteindre cet objectif sans difficulté.

Si vous craignez que l’utilisation d’une bicyclette électrique n’offre pas un entraînement suffisant pour être qualifiée d' »exercice », vous avez tort. De nombreuses études démontrent que la pratique de la bicyclette électrique fait pomper le cœur.

L’une d’entre elles, réalisée à Boulder, dans le Colorado, a révélé qu’en conduisant un vélo électrique pendant au moins 40 minutes par trajet, les participants avaient une fréquence cardiaque moyenne d’environ 75 % de leur maximum. Ce chiffre est similaire à celui d’une marche rapide et suffit à satisfaire aux directives sanitaires relatives à l’exercice « modéré ».

OÙ LES VÉLOS ÉLECTRIQUES SONT-ILS LES PLUS POPULAIRES ?

Sans surprise, la réponse à cette question se trouve dans les pays les plus favorables à la pratique du vélo : la Hollande et le Danemark. Des personnes de tous âges sillonnent les villes sur deux roues, grâce à des infrastructures qui font l’envie du monde entier.

La ville néerlandaise d’Utrecht a construit sa première piste cyclable en 1885. Aujourd’hui, 25 000 déplacements par jour y sont effectués à vélo. Il est intéressant de noter que les ventes de vélos électriques ont été particulièrement florissantes dans les endroits qui ont beaucoup investi dans les infrastructures cyclables. En 2018, aux Pays-Bas, il s’est vendu plus de vélos électriques que de vélos standard (à l’exclusion des vélos de course et des vélos pour enfants), les ventes de vélos de route ayant augmenté de 40 % par rapport à 2017, tandis qu’à Copenhague, les vélos et les vélos électriques sont désormais plus nombreux que les voitures.

La capitale norvégienne d’Oslo s’est engagée à créer un centre sans voiture, en supprimant 700 places de stationnement et en les remplaçant par des pistes cyclables. En réponse, le système de partage de vélos de la ville a connu une montée en flèche de son utilisation.

L’AVENIR POUR TOUS ?

Il n’y a pas que dans les hauts lieux du cyclisme que les infrastructures sont en plein essor. Ailleurs dans le monde, les gouvernements s’efforcent d’améliorer les villes afin que davantage de personnes se déplacent à vélo, que ce soit sur un vélo électrique ou un vélo ordinaire.

Au Royaume-Uni, le gouvernement a récemment aidé les conseils municipaux à améliorer leurs infrastructures cyclistes en créant un fonds de 300 millions d’euros pour les déplacements actifs, première phase d’un investissement de 2,3 milliards d’euros dans la marche et le vélo. Les pistes cyclables créées pendant la période de confinement de la pandémie de Covid-19 pourraient même devenir permanentes, selon les responsables de Transport for London.

À Bruxelles et à Milan, la pandémie a également entraîné le réaménagement de 40 et 35 km respectivement des rues du centre-ville, afin de les rendre plus sûres pour les cyclistes. New York s’y met aussi : le maire actuel, Bill Di Blasio, a annoncé qu’il allait étendre les pistes cyclables protégées de la ville à 320 km d’ici à la fin de 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *